Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réflexions théologiques et environnementales sur l'actualité

Vivre Dieu III

Ce chemin, je le parcours avec d’autres, sœurs et frères en fragilité et « misère » pour parler comme Jean Calvin ; mais ce parcours n’est aucunement méritoire. C’est une trace, une ligne d’erre[1], avec ses constantes, ses retours, ses accidents, ses points de vue sublimes et ses plongées ténébreuses et effrayantes. Ce chemin n’est possible que parce que j’en connais le point oméga [2] vers lequel tend mon existence : la pleine conformation au Christ, dans le dépouillement progressif de ces enveloppes de dureté et d’aigreur qui emprisonnent en moi cette image et cette ressemblance[3] selon laquelle je me reconnais créé. La Bible m’a fait découvrir le véritable sens – signification et orientation – que peut prendre ma vie. Celle-ci converge avec celle de milliers d’autres, vers un état de réconciliation totale avec soi et les autres. Le but de cette marche est une humanité nouvelle – la Bible parle de Royaume de Dieu ou de Royaume des cieux – redevenue semblable à ce qui est son « projet » initial : la ressemblance et l’image du divin. Mais ce chemin s’inscrit également dans une durée : celle de mon existence. Il y a donc un cheminement à effectuer, et ce cheminement nécessite pour atteindre son accomplissement la perte de tout ce qui fait obstacle à nos relations aux autres humains.

Les mots sont ici piégés : car je me rend compte que quand je me dis créé, je n’annule ni l’étreinte originelle de mes parents, ni le début de ce cheminement fait avec eux, puis avec d’autres. En même temps ce mot dit aussi ce que je perçois. Je ne suis pas seulement cet être de chair et de sang mais une partie de moi est née – naît - progressivement d’eau et d’esprit[4]. Dans la relation, chaque jour renouvelée au Christ, je me découvre des potentialités nouvelles. Je suis – et je deviens- capable de vivre sans être totalement prédéterminé par mon passé et ma génétique : je suis avec Christ en création permanente. Avec Christ, Dieu me crée, me re-crée au présent.

Pour le dire en bref, je ne peux pas croire à un Dieu en-soi, il n’est que le Dieu que je rencontre. Dieu n’est présent que dans un mouvement, une tension, une remise en cause qui sont les caractéristiques de la rencontre avec d’autres humains. Cette rencontre se fait dans la lecture seule ou communautaire de la Bible – ça c’est mon horizon culturel actuel – dans la rencontre avec les autres (que je sollicite et/ou qui me sollicitent), dans ces gestes signes de sa présence que sont les sacrements. Cette rencontre a lieu aussi, mystérieusement, dans ce qu’il faut appeler la prière. Vaste programme que cette prière ! Mais nous en reparlerons.

Dire Dieu risque toujours de faire l’économie du trajet qui mène à lui. Dire Dieu peut toujours courir le risque de donner l'impression d'une expression achevée. Dieu n’est pas un donné à accepter tel quel, en soi, mais un donné : il existe en dehors de ma conscience personnelle, ne serait-ce que dans la conscience d’autres ; il est un donné à recevoir, à fréquenter, à élaborer, à laisser s’élaborer en soi.

Alors si j’écris, c’est bien sûr pour être lu, mais en même temps ce n’est pas pour donner l’illusion qu’ici tout pourrait être dit de Dieu. Si j'écris, c'est pour que d'autres que moi osent aussi dire Dieu à leur manière.

[1] « Lignes d’erre » au sens où Fernand Deligny parle des lignes d’erre des enfants psychotiques dont il repère les trajets sur le lieu où ils vivent, trajets d'une errance visible dans l'espace ; peut-être peut-on entendre aussi « lignes d’air »…

[2] « Point oméga » expression employée par le P. Teilhard de Chardin pour désigner le point de convergence de l’histoire de l’humanité : Jésus-Christ, qui selon les Pères de l’Eglise, est la « récapitulation » - anaképhaléosis - de l’histoire de Dieu avec les hommes, selon la tradition orthodoxe.

[3] Image et ressemblance, termes qualifiant le projet de la création de l'humain par Dieu dans le livre de la Genèse, au chapitre 1 versets 26 et suivants.

[4] "Naître d'eau et d'esprit" : voir Evangile de Jean, chapitre 3, versets 1 à 21

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article